Nouveau record pour l’aide à l’éducation en 2016


Bonne nouvelle. L’aide à l’éducation a augmenté de USD 1.5 milliard pour atteindre USD 13.4 milliards, contre USD 12 milliards en 2015. Cette soudaine hausse de près de 13% est d’ordre exceptionnel  puisque  l’aide à l’éducation dans le monde enregistrait depuis 2010 une baisse constante. Point notable : la part de l’aide à l’éducation dans l’aide au développement représente, pour la première fois depuis 2009, 7.6% en 2017, contre 6.9% en 2016. En 2017 l’aide internationale au développement a atteint 147 milliards de dollars, en baisse de 0.7% par rapport à 2016.

Un plus haut historique

La hausse de l’aide à l’éducation en 2016 s’explique en grande partie par l’augmentation de 15% de l’aide à l’éducation secondaire pour atteindre USD 2.6 milliards, son plus haut niveau depuis 2002. Parmi les principaux donateurs: le Royaume-Uni et l’Allemagne. L’aide à l’éducation post- secondaire, dont les principaux donateurs sont la France et l’Allemagne, a elle augmenté de 7% pour atteindre USD 4.9 milliards, un niveau jamais atteint depuis 2009. Mais c’est l’aide à l’éducation de base, qui comprend le soutien à l’enseignement pré-primaire et primaire ainsi que l’éducation des adultes et les programmes d’alphabétisation, qui a enregistré la plus forte hausse. A USD 5.2 milliards en 2015, elle atteint en 2016 USD 6 milliards, soit une hausse exceptionnelle de 17% en un an.

L’aide à l’éducation de base en hausse

Après 5 ans de baisse consécutive les pays les plus riches ont donc augmenté leurs aides à l’éducation de base, déboursant au total USD 3.7 milliards, soit 62% de l’aide totale à l’éducation. Les Etats Unis et le Royaume-Uni restent les plus grands donateurs de l’aide à l’éducation de base. La Banque Mondiale et les institutions européennes ont, elles, déboursé USD 2 milliards chacune. On notera également le nouvel engagement des Emirats Arabes Unis pour l’éducation de base.  En dépit de ce renouveau pour l’aide à l’éducation de base, les financements restent néanmoins très insuffisants pour répondre aux besoins, note l’équipe du GEM Report à l’origine de cette étude.

Des objectifs encore difficilement atteignables

Si l’on ne peut que se réjouir de cette hausse de l’aide à l’éducation, l’équipe du GEM report souligne cependant que l’aide à l’éducation de base n’est toujours pas allouée aux pays qui en ont le plus besoin La part de l’aide à l’éducation de base aux pays les plus pauvres a chuté de 52% en 2002 à 22% en 2016 (notamment dans les pays d’Afrique Sub-Saharienne, qui abritent pourtant plus de la moitié des enfants déscolarisés dans le monde) ; la part allouée aux pays en développement a, elle, augmenté de 31% à 34%, bien loin du pic de 47% atteint en 2004.

Multiplier par 6 l’aide à l’éducation

Dans son rapport, les experts de l’UNESCO estime nécessaire de multiplier par 6 le montant de l’aide à l’éducation pour atteindre l’objectif d’une éducation pour tous d’ici 2030. Pour y parvenir, l’UNESCO recommande d’accroître et de privilégier les financements pour l’aide à l’éducation de base et secondaire et de cibler en priorité les pays à faible revenu.  En 2015, l’UNESCO estimait qu’il manquait 39 milliards de dollar an pour atteindre l’objectif d’une éducation pour tous, une goutte d’eau comparée au 1.739 milliards de dollars dépensés par tous les pays du monde en armes en 2017 selon le dernier rapport de l’Institut Stockholm International Peace Research. Les dépenses militaires, qui représentent 230 dollars par personne, ont ainsi atteint un plus haut historique depuis la fin de la guerre froide.

 

Source: Aid to education: a return to growth? ( UNESCO/ Gem report)