journée internationale des migrants : enfants qui rient dans le Tamil Nadu, sur le site d'un projet Aide et Action

En Inde, les écoles d’Aide et Action pour enfants migrants adoptées par le gouvernement

Publié dans Actualités,Projets

À l’occasion de la journée internationale des migrants (18 décembre), Aide et Action est heureuse de vous annoncer que l’État du Tamil Nadu, en Inde, a officiellement adopté les écoles pour enfants migrants développées par notre association depuis 2002. Celles-ci seront seront déployées dans tout l’État d’ici un à deux ans. 

 C’est officiel ! D’ici une à deux années, l’ensemble des enfants migrants présents dans l’État du Tamil Nadu pourront commencer leur scolarité dès le plus jeune âge et poursuivre leur éducation dans des écoles publiques. Une victoire pour notre association mobilisée depuis 2002 pour venir en aide aux millions de migrants qui s’installent chaque année dans les grandes villes de l’État. 

Venus des États voisins (Orisha et Andhra Pradesh), ils sont des millions d’hommes et de femmes, sans terre, ni bien, ni éducation, à quitter leurs villages pour trouver dans les grandes villes de petits emplois payés au jour le jour. Leur détresse les pousse à s’asservir auprès d’employeurs peu scrupuleux qui les exploitent et les maltraitent en l’échange de quelques roupies seulement.  Ils sont ainsi nombreux à travailler sur les chantiers de construction, qui se multiplient notamment dans la ville de Chennai, qui connaît un boum immobilier sans précédent. 

Améliorer les conditions de vie des populations migrantes

« Ils travaillent toute la journée et leurs enfants sont souvent laissés seuls dans le maigre logement qui leur est attribué par le propriétaire du chantier, soit quelques mètres carrés à peine recouverts de taule et de ferrailles, où ils vivent, mangent et dorment à même le sol souvent dans une chaleur étouffante », explique Albert Bosgo, Responsable Aide et Action du projet pour enfants migrants lancé à Chennai en 2002. L’objectif visé était d’améliorer les conditions de vie des populations migrantes en commençant par scolariser les enfants dès leur plus jeune âge pour leur éviter maltraitance et mise au travail de force. 

« Développer le projet n’a pas été chose facile, explique Albert Bosgo. Les propriétaires des chantiers de construction ne voulaient pas nous rencontrer et nous jetaient dehors. Les migrants eux-mêmes ne voyaient pas l’intérêt de notre action. Même les autorités officielles refusaient de nous prendre au sérieux. L’équipe a fait un travail formidable pour sensibiliser tous les partenaires. » Aujourd’hui, Aide et Action a ouvert 6 centres sur les chantiers de construction de Chennai, avec l’appui des propriétaires et du gouvernement. 

95% des enfants poursuivent leur scolarisation

Tous les enfants migrants vivant à proximité de ces centres (soit près de 300 enfants) âgés entre 0 et 14 ans sont accueillis de 9h à 16h. Ils sont pris en charge par des enseignants formés par Aide et Action. Accompagnés par ces professionnels, les enfants chantent, jouent, dessinent… les plus âgés suivent les programmes éducatifs officiels de l’Éducation nationale en Inde. Chaque enfant est suivi individuellement, tous ses travaux sont notés et classés et son comportement est évalué au sein d’un carnet de notes.  

Autant d’éléments qui seront remis à l’enfant et à sa famille le jour où ils quitteront le chantier pour une autre destination. Hors de question pour ces enfants d’abandonner l’école après tant d’efforts. Aide et Action leur remet donc un certificat et une carte postale que leur prochain établissement aura pour mission de renvoyer, tamponné au bureau d’Aide et Action en Asie du Sud. Aujourd’hui près de 95% des enfants qui ont quitté les centres d’Aide et Action à Chennai ont poursuivi leur scolarisation.

Un succès qui ne pourra que s’amplifier puisque le Tamil Nadu a officiellement adopté ce modèle proposé par notre association d’école et va le déployer dans tout l’État. 

 

Crédit Photo : © Sandrine Assouline/AEA