Ebola en Guinée. Bilan.

Publié dans Actualités,Éducation

Bilan Général

La Guinée a longtemps été ignorée des médias. Or depuis quelques semaines, elle est sous le feu des projecteurs puisque désormais associée au virus Ebola. Il est vrai que la maladie, selon le dernier bilan de l’OMS a fait plus de 6 800 morts en Afrique de l’Ouest, et que la crainte de la voir aujourd’hui se transformer en pandémie mondiale est grande.  Pourtant dans la réalité, la maladie tue beaucoup moins que certaines maladies (le Sida, la Malaria ou la Tuberculose) nettement plus connues comme le prouve le journal The Economist (http://oxfamblogs.org/fp2p/links-i-liked-20/)

En Guinée, la crainte d’Ebola grandit. Au total, la maladie a déjà fait plus de 2 400 victimes dont 1520 mortels. Les écoles sont restées fermées jusqu’en janvier 2015 pour éviter la propagation de la maladie et les mesures d’hygiène ont été renforcées : la population a été invitée à se laver les mains et à contrôler sa température avant d’entrer dans les hôtels et bâtiments publiques (banques, entreprises, ministères…).

A l’heure actuelle, la situation est jugée stable par l’Organisation Mondiale de la Santé mais la flambée épidémique des derniers mois a mis en lumière un système de santé défaillant. L’Etat a bien du mal à mettre les moyens et la rigueur suffisantes pour endiguer l’épidémie. Par ailleurs, la stigmatisation de la maladie fait que les personnes malades ont plutôt tendance à se cacher. L’hôpital est perçu comme un mouroir, ce qui n’incite pas les populations à se faire détecter. Les communications autour d’Ebola sont souvent contradictoires. Celle des autorités manque particulièrement de clarté dans la mesure où elle est souvent liée à la campagne électorale de 2015.

Impact d’Ebola sur nos projets et actions

L’épidémie ne représente actuellement aucune menace pour le projet « Ecole amie des filles », mené en Guinée par Aide et Action en partenariat avec la Fondation Turing. Les préfectures de Boké, Boffa, Dubréka et Coyah où ce dernier se déroule n’ont enregistré qu’un nombre limité de cas.

Aide et Action, en partenariat avec la Fondation Orange, est actuellement sur le point de commencer un nouveau projet éducatif  dans la ville de Dabiss située dans la préfecture de Boké. Etant donné les circonstances, le projet inclura un volet santé. Les enseignants seront invités à suivre des formations et des séances d’informations et de prévention de la maladie seront organisés au sein des écoles afin d’éviter tout cas d’Ebola. Le centre de soin de la ville sera rénové, voir reconstruit.

Par ailleurs, le PROJEG, projet mené par Aide et Action et des associations françaises et guinéennes pour appuyer le développement et l’organisation de la société civile en Guinée, travaille en étroite coordination avec la diaspora guinéenne présente en France afin qu’elle aille sensibiliser les populations à la prévention et les incite au dépistage et aux soins.