Haïti, un an après le séisme. L’urgence de la reconstruction.


Un an après le séisme du 12 janvier 2010, en dépit d’une forte mobilisation, Haïti est toujours un vaste champ de ruines. La reconstruction tant attendue par la population, est loin d’avoir commencé faute d’argent, de main d’œuvre mais aussi de leadership politique.

Aujourd’hui, les Haïtiens, épuisés, exposés aux changements climatiques et aux épidémies, ne patienteront plus très longtemps.
Aide et Action, présente à Haïti depuis 20 ans, a lancé au lendemain du séisme « Nap Vanse », « Nouveau départ » en créole, un projet d’urgence mais aussi de reconstruction pour soutenir la population et aider le pays à renaître de ses décombres. Aujourd’hui l’association dresse le bilan de ses actions et, avec Haïti, se tourne vers l’avenir pour un nouveau départ.
  • Chronologie

    Haïti: une année entre douleurs et espoirs

    Après l’angoisse et la souffrance vécues durant les quelques jours qui ont suivi le séisme, le peuple haïtien a vu arriver avec soulagement l’aide internationale. Depuis, la reconstruction progresse lentement. Seules lueurs d’espoir : la solidarité venue du monde entier, un rapide retour à la vie normale et l’arrivée prochaine d’un nouveau gouvernement.


  • Témoignages

    Paroles d'Haïtiens

    Aide et Action travaille main dans la main avec le peuple haïtien pour reconstruire le pays. Béatrice, Jean, Juste tous ont subi le séisme de plein fouet.

    Un an après, ils nous racontent leurs expériences, leurs espoirs et attentes.

    Le 12 janvier 2011, Nesmy Manigat, haïtien et directeur d'Aide et Action en Amérique latine-Caraïbes, dresse le bilan des actions menées à Haïti et envisage l'avenir aux côtés du peuple haïtien.

  • Vidéo

    Nap Vanse le Film

    Thierry Desroses, acteur et parrain d'Aide et Action, est parti en Haïti saisir les images d'un pays à terre plusieurs mois après le séisme du 12 janvier.
    Dans ce champ de ruines, de gravats, de bidonvilles, il rencontre Myriam, 11 ans, accueillie dans le centre développé par Aide et Action et l'Université Quisqueya au lendemain du séisme.

  • L'urgence:

    La reconstruction

    Nap Vanse, c’est plus de 5 000 enfants et leurs familles pris en charge après le séisme ; 3 000 enfants qui ont fait leur rentrée en 2010 dans les 40 salles de classe reconstruites à Léogâne. Ce sont aussi des formations professionnelles et un soutien financier et pédagogique aux écoles et enseignants. Des avancées indéniables mais pour l’instant insuffisantes.