Solidarité en danger : les ONG manifestent pour la 1ère fois contre une nouvelle coupe drastique


Une centaine de représentants d’ONG de solidarité, répondant à l’appel de Coordination Sud, ont manifesté jeudi 26 octobre au matin devant l’Agence Française de développement. Objectif : protester contre la coupe de 16 millions d’euros au sein de la ligne Initiatives ONG de l’AFD qui finance les projets d’ONG de terrain. Soit 20% en moins sur les 77 millions d’euros prévus.

Marge de manœuvre réduite alors que les crises se multiplient

Cette coupe soudaine sur un budget déjà très mince (seul 3%-200 millions d’euros- de l’aide au développement transite par les ONG en France, contre 1.5 milliard au Royaume-Uni ou 500 millions en Espagne) met en péril l’avenir de nombreux projets et le quotidien des milliers d’hommes et de femmes qui en bénéficiaient.

À titre d’exemple, explique Coordination Sud, un financement de 500 000 euros de l’AFD permet d’améliorer la qualité de la prise en charge du VIH/sida dans 10 hôpitaux (dotation en équipement, formation du personnel soignant, aide à l’organisation du circuit de soins, renforcement des associations de patients) au profit de 8 000 patients séropositifs.

Les actes ne suivent pas les promesses du gouvernement Macron

La suppression de ces financements est d’autant plus violente qu’elle semble en contradiction avec les récentes déclarations du gouvernement d’Emmanuel Macron. Ce dernier laissait en effet entendre que la solidarité et le développement étaient désormais, et contrairement aux quinquennats précédents, une priorité de la France.

Une décennie de baisse pour l’aide au développement

Or après 729 millions d’euros amputés à l’aide publique au développement (APD) entre 2011 et 2017, après une coupe supplémentaire de 136 millions d’euros dans le budget 2017, le Projet de loi de finances 2018 ne semble pas tellement améliorer la donne : outre cette coupe budgétaire en direction des ONG, l’aide au développement de la France doit augmenter, selon le projet de loi de finance 2018, d’à peine 100 millions d’euros, soit à des années lumières des 1.2 milliards d’euros par an qui permettraient à la France d’allouer 0.5% de son PIB à l’aide au développement d’ici à 2022, comme s’y est personnellement engagé Emmanuel Macron.

Le gouvernement Macron doit rectifier le tir

Coordination SUD, dont Aide et Action fait partie, demande donc une correction de cette décision avant la fin de l’année, et appelle à l’établissement d’une trajectoire crédible pour l’APD et pour le soutien aux initiatives des ONG conformément aux engagements de l’Etat.

Plus d’informations :  lire le communiqué de Coordination Sud 

Fondée en 1994, Coordination Sud rassemble aujourd’hui 165 ONG, dont Aide et Action, qui mènent des actions humanitaires d’urgence, d’aide au développement, de protection de l’environnement, de défense des droits humains auprès des populations défavorisées mais aussi des actions d’éducation à la solidarité internationale et de plaidoyer.