Migration interne

  • 740 millions de personnes, y compris des enfants, migrent chaque année à l’intérieur de leur pays
  • Un migrant interne en Inde, enfant ou adulte, peut travailler plus de 10 heures par jour pour quelques euros

Les migrations internationales ont triplé en 40 ans pour atteindre 244 millions de personnes, et sont appelées à augmenter au cours des prochaines décennies. À cela s’ajoutent les migrations internes. On désigne ainsi celles et ceux qui se déplacent au sein des frontières de leur pays pour les mêmes raisons que les migrants internationaux.  À savoir : des motifs économiques, politiques, ou des conflits. Les migrants internes conservent en théorie les mêmes droits que tous les citoyens de leur pays. Dans la réalité, ils sont souvent traités comme des citoyens de seconde zone, privés des droits les plus élémentaires, parfois même privés de leur identité, et mis en situation d’esclavage.  

En Chine on compte près de 230 millions de migrants internes, dont 20 millions d’enfants. 

En Inde, on compte 10 millions de migrants internes dont 10% sont des enfants. 

Pour les plus jeunes migrants, forcés d’accompagner leurs parents, il n’est pas possible de suivre une quelconque scolarité. Un bon tiers n’est même jamais allé à l’école. Ils sont le plus souvent mis au travail forcé et exploités plusieurs dizaines d’heure par jour sans soin, ni nourriture appropriée.

Aide et Action travaille donc à l’amélioration des conditions de vie des enfants migrants (salubrité de l’habitat, accès à l’eau potable, accès aux soins de santé de base), et développe l’accès à l’éducation en créant des écoles passerelles qui devront permettre aux enfants de réintégrer le système éducatif classique.

Outre un nécessaire accès à l’éducation, Aide et Action travaille avec les autorités locales indiennes pour une meilleure reconnaissance des droits des populations migrantes. Elle insiste notamment pour que celles-ci soient désormais intégrées au recensement, reçoivent des cartes d’identité et aides sociales et qu’elles soient suivies dans leurs déplacements.

En Chine, Aide et Action travaille à une meilleure acceptation et intégration des populations migrantes. Les quelques 25 migrants sélectionnés dans le cadre du projet mené dans le district de Jinjiang, en Chine, ont pris en photo leur quotidien, leur vie sociale, leurs enfants, la manière dont ils éduquent ou sont éduqués, ce qu’ils mangent….Ce travail visuel s’est accompagné d’un travail de collecte d’histoires et de témoignages. Nos équipes ont ainsi rassemblé les histoires des familles migrantes et leurs photos et en ont fait une animation qui après plusieurs expositions en Chine a été accrochée dans le métro de la capitale. Ce travail mené avec les populations a contribué à modifier les représentations sociales et de changer les mentalités. Celui-ci doit désormais se poursuivre à un autre échelon auprès des instances gouvernementales.

Sources chiffres clés : Unesco 2013

Nos vidéos Migration Interne