Éducation : la société civile appelle les pays en développement à investir


De nombreuses organisations de la société civile, via une Déclaration faite le 2 novembre 2017, appellent les pays en développement à augmenter sensiblement leurs investissements en éducation alors que se profile en février prochain la Conférence sur le financement du Partenariat Mondial pour l’Éducation co-présidée par la France et le Sénégal. Elles les incitent à utiliser le processus de reconstitution des ressources du PME qui aura lieu dans les 3 prochains mois pour faire des promesses crédibles et approcher ainsi les 20% de budget nationaux recommandés pour l’éducation par le PME.

Sans investissement national majeur, pas d’éducation pour tous

Sans une telle hausse des budgets nationaux alloués à l’éducation, l’objectif d’une éducation de qualité pour tous d’ici à 2030 ne pourra pas être atteint. (Selon le rapport de la Commission de financement de l’éducation 97% des nouveaux financements nécessaires pour réaliser l’objectif de développement durable relatif à l’éducation devraient venir des ressources nationales)

« Au cours des prochains mois, il y a une occasion de faire une percée importante dans la mobilisation de nouveaux engagements de ressources nationales pour l’éducation », estiment les ONG qui voient dans la Conférence sur le financement du PME une réelle opportunité de pression pour obtenir des engagements tangibles en matière de financement national de l’éducation.

10 recommandations à suivre

Les ONG établissent ainsi une liste de 10 recommandations pour aider les gouvernements des pays en voie de développement à augmenter leurs dépenses en éducation. Les pays donateurs sont ainsi encouragés à occuper un rôle de leader en s’engageant eux-mêmes à financer l’éducation afin d’appeler ensuite les pays donateurs à poursuivre l’effort, à faire des engagements financiers pour l’éducation approuvés par les plus hauts chefs d’États et inscrits dans les documents des budgets annuels, à faire ses promesses au niveau national afin qu’elles soient d’abord entendues par les citoyens.

Investir à hauteur de 20% du PIB, davantage de transparence et une meilleure utilisation des fonds

Les ONG appellent les gouvernements des pays en développement à re-penser l’utilisation des ressources de manière à accroître l’équité, l’inclusion et la qualité, à cibler éducation pré-scolaire et alphabétisation des adultes, à proposer des budgets éducation plus transparents et rigoureux, et enfin à parler haut et fort pour le financement de l’éducation, en faisant un appel collectif aux donateurs pour honorer leur part de convention du PME.