« J’ai décidé de créer une équipe bénévole locale »


Anass Zouiten a 23 ans. Cet étudiant d’origine marocaine a décidé de s’engager auprès d’Aide et Action en créant une équipe bénévole à Valenciennes (59). En à peine un mois, il a su démontrer ses talents de coordinateur hors pair. Il nous raconte son parcours.

Lorsque je suis arrivé à Valenciennes il y a un an, j’ai cherché une association locale dans laquelle je pouvais m’investir. Les thématiques qui me tenaient le plus à cœur étaient l’éducation et la santé, mais il n’y a avait pas grand-chose à ce sujet. Je suis tombé sur Aide et Action au hasard et je me suis rendue compte que c’était l’une des associations les plus connues dans le domaine de l’éducation et qu’elle intervenait partout dans le monde. Ça m’a motivé.
J’ai réalisé qu’il n’existait pas d’antenne locale et j’ai alors décidé d’en créer une. À la base, je voulais soit intégrer une structure existante, soit monter ma propre association, cette solution était donc le bon compromis pour moi. J’ai contacté l’Animation du Mouvement Bénévole qui m’a tout de suite bien accompagné en me proposant une formation.
Cette étape a été très importante. J’ai été formé sur le rôle d’une équipe bénévole, le rôle du coordinateur et sur l’organisation d’événements.

Déjà 11 membres jeunes et actifs

L’équipe a été officiellement créée fin novembre et elle compte déjà 11 membres. Pour y arriver j’ai sollicité mes réseaux personnels au sein de mon école, de mon entreprise et via Facebook. C’est vraiment un bon début, je ne m’y attendais pas. Nous avons tous entre 18 et 28 ans et tous les bénévoles sont vraiment engagés et intéressés par la cause de l’éducation, même si pour la plupart ils découvrent Aide et Action.
Mon rôle en tant que coordinateur est essentiellement d’animer l’équipe, de la motiver et de faire émerger des idées. L’objectif est que tout ne repose pas sur une seule personne, tout le monde doit être actif. Et pour le moment ça fonctionne très bien. Nous nous réunissons deux fois par mois et tout le reste de nos échanges se font par internet. C’est fluide et simple. Ça nous permet de ne pas investir trop de temps non plus.

Un engagement qui a du sens

Cet engagement correspond totalement à ce que je cherchais. Le côté social et relationnel est vraiment agréable, mais surtout je défends une cause à laquelle je crois. Pour moi, l’éducation est la base de tout. Je viens du Maroc et là-bas, tout le monde n’a pas la chance d’aller à l’école alors que je considère cela comme un vrai levier de progrès.
Pour les mois qui viennent, je pense que nous avons deux principaux défis. Le premier est d’organiser notre premier grand événement de notoriété via la nouvelle exposition photo d’Aide et Action « L’éducation est une urgence ». Et le second est d’assurer la pérennité de notre équipe. Pour le démarrage, il est important de garantir de bonnes bases avec des membres réguliers. Jusque là je suis vraiment satisfait et confiant pour la suite.