Cambodge : un projet pour ne laisser aucun enfant hors de l’école


Ne laisser personne derrière ou hors du développement, atteindre les populations les plus précaires et marginalisées, telle est l’ambition fixée en 2015 par les 193 chefs d’états réunis à New York en septembre 2015 lors de l’adoption des Objectifs de Développement Durable. C’est avec cette même ambition qu’est né il y a 4 ans le Consortium cambodgien pour les enfants  déscolarisés, un groupement d’ONG menés par Aide et Action, dont l’objectif était d’accompagner tous les enfants, notamment les plus défavorisés, sur le chemin de l’école.

Un projet pour ne laisser aucun enfant hors de l’école

Le pari est réussi puisque, quatre ans après son lancement, plus de 90% des 57 000 enfants scolarisés grâce au projet, soit 9 enfants sur 10, sont toujours à l’école. Mais ce succès, en cette fin d’année 2017, est entaché d’incertitudes alors que les fonds pour la deuxième phase du projet, qui prévoit de scolariser 100 000 enfants marginalisés  d’ici à 2022, manquent à l’appel.

«  Au cours des quatre dernières années, 20 ONG, menées par Aide et Action, ont contribué à ce fonds, à hauteur de 10 million de dollars, le reste a été apporté par la Fondation du Qatar Educate A child », explique Samphors Vorn, Responsable du projet au sein d’Aide et Action. « Je suis fier de ce que l’on a accompli ensemble. Savoir que 9 enfants sur 10 sur 57 000 enfants, issus des classes les plus marginalisés, sont de nouveau sur les bancs à l’école, est un vrai réconfort ».

9 enfants sur 10 de retour à l’école

Le consortium a fait un travail minutieux pour apporter soutien et accompagnement aux enfants souffrant de handicap, issus des minorités ethniques, pauvres ou éloignés, aux enfants des rues, ou trop âgés pour commencer l’école. En bref, tous ceux qui étaient jusque là restés hors de portée de tout programme d’aide et de développement. Beaucoup restent cependant encore à atteindre.

Aujourd’hui au Cambodge 80% des enfants en âge d’être scolarisés en primaire le sont selon les derniers recensements. Mais sur ces 80%, beaucoup ne sont à l’école que « de nom », explique Samphors Vorn. « Ils sont davantage dans les fermes, à faire de petits jobs avec leurs parents qu’à l’école et beaucoup migrent en Thaïlande pour gagner un meilleur revenu. Dans les faits, les ONGs estiment qu’il y a plus de 250 000 enfants non scolarisés au Cambodge ». Le Consortium se réunira mi-janvier pour savoir si la deuxième phase du projet peut débuter ou non.